Réservation en ligne

Catégorie : Magazine-Tourisme Publication : mercredi 4 avril 2018 Écrit par CHAUVEAU

Une majorité de Français réservent leurs vacances en ligne

C’est un nouveau cap, et une première sur le marché français. Le online dépasse le offline, selon le baromètre 2018 Opodo/Raffour Interactif, qui révèle aussi un taux de départ record en vacances. Explications.

53% des voyageurs français ont réservé et payé en ligne tout ou partie de leurs séjours sur Internet, contre 50% exactement en 2016, révèle le baromètre Opodo/Raffour Interactif. « 60 jours séparent le début de la réflexion de la réservation du voyage, avec 400 ‘moments digitaux’, d’après une étude Google », a commenté Quentin Bacholle, responsable de la diversification des revenus du groupe d’eDreams Odigeo (Opodo).

Le mobile gagne du terrain

La recherche atteint elle aussi des sommets. 79% des Français ont consulté des sites ou des applications pour préparer leurs séjours, parmi les Français partis, soit deux points de plus qu’en 2016. « Un Français qui arrive en agence est pré-informé en ligne, et donc très exigeant », souligne Guy Raffour, fondateur du cabinet éponyme. « C’est ce qui rend notre métier passionnant, ajoute Quentin Bacholle. Dans le parcours d’achat, nous devons garantir l’hyper-personnalisation ».

L’usage du téléphone mobile ou d’une tablette pour planifier ses déplacements loisirs s’est nettement renforcé (58%, 5 points supplémentaires versus 2016). « Chez Opodo, nous sommes à 36% de réservation sur le mobile. La France opère un rattrapage par rapport aux pays nordiques ou à la Chine », indique Quentin Bacholle.

Un taux de départ record

En 2017, 64,2% des Français ont plié bagages, un record depuis 16 ans, qui résulte notamment de la météo et d’une conjoncture favorables. Autre bonne nouvelle, les voyageurs sont partis plus souvent (au niveau inédit de 2,7 périodes en 2017, versus 2,3 en 2016). La raison principale de cette double croissance ? Le besoin « vital » de s’évader, répond invariablement Guy Raffour : « 55% des Français sont prêts à sacrifier d’autres dépenses pour partir », ajoute-t-il.

« Nous mesurons trois taux de départ », a poursuivi Guy Raffour. Le court séjour marchand a légèrement baissé, à 33% (-1 point versus 2016). C’est l’occasion d’une échappée belle, souvent en Europe. Lisbonne, Porto, Londres arrivent en tête des destinations court-séjours chez Opodo France, a souligné Quentin Bacholle. Le taux de départ en long séjour marchand s’élève à 41% l’an passé, comme en 2016. Celui en long séjour non-marchand (famille, amis, résidence secondaire) grimpe de quatre points à 29% en 2017, après une baisse notoire en 2016. « Le taux de départ total en long séjour s’élève à 59%, ce qui signifie que 41% des Français ne partent pas en vacances », a ajouté Guy Raffour.

Soif de pays étrangers

En termes de destinations choisies en 2017, la France seule arrive loin devant (62% des départs en 2017, contre 66% en 2016), devant l’étranger seul incluant les Dom-Tom (20% en 2017, contre 21% en 2016). Près d’un Français sur cinq se paie le luxe de cumuler des séjours en France et à l’étranger (18% en 2017, contre 13% en 2016)

« Nous n’avons jamais eu un taux de départ aussi important pour les voyages à l’étranger. Nous passons de 34% à 38%, soit une progression de 1,8 million de personnes, surtout en courts séjours marchand

E-tourismeEconomie - Par Linda Lainé        Mar 13, 2018

Tourisme de masse

Catégorie : Magazine-Tourisme Publication : mercredi 4 avril 2018 Écrit par CHAUVEAU

Contre le tourisme de masse, des habitants organisent la riposte

Par Florian De Paola avec l'AFP        Le Avr 27, 2018

L'annonce a été faite depuis Barcelone, dont les habitants manifestent régulièrement les conséquences du surtourisme (ici, la plage de Barceloneta). © CC BY-SA 2.0 AT

L’afflux de touristes toujours plus nombreux agace les habitants de certaines villes depuis plusieurs années. Certains ont décidé de passer à la vitesse supérieure, en créant un réseau dans différents pays d’Europe du Sud.

Des associations d’habitants et groupes de militants de différents pays d’Europe du Sud ont créé un réseau pour unir leurs forces contre le tourisme de masse, présenté jeudi à Barcelone, la deuxième ville d’Espagne.

Le réseau SET (villes du Sud de l’Europe face au Tourisme de masse) veut promouvoir des actions de protestations et moyens de pression communs, afin de « poser des limites à l’industrie touristique » voire entraîner sa « décroissance ».

L’Espagne en chef de file

Sa première action a été la diffusion d’un manifeste dénonçant les effets pervers du tourisme de masse : hausse faramineuse des loyers, disparition progressive du petit commerce local, encombrement de l’espace public ou encore aggravation de la pollution.

Le réseau est pour l’instant composé de dix villes d’Espagne – dont Barcelone, Palma de Majorque et Madrid – et de la région espagnole des Iles Canaries, ainsi que de Lisbonne, Venise (Italie) et la République de Malte, mais ses promoteurs n’écartent pas l’idée de l’élargir à d’autres

Couchettes AIRBUS

Catégorie : Magazine-Tourisme Publication : mercredi 4 avril 2018 Écrit par CHAUVEAU

Aérien : les passagers dormiront bientôt en soute

 Par Clément Peltier          Le Avr 12, 2018

Voici à quoi pourraient bientôt ressembler les soutes des A330. Crédit : DR

Se reposant sur leur expérience dans la production d’espaces de repos pour les personnels navigant au niveau du pont cargo, Airbus et Zodiac souhaitent créer des couchettes en soute. Un nouveau produit qui ne manquera pas de séduire les compagnies !

Sur son site internet, Zodiac Aerospace a annoncé avoir signé un accord de partenariat avec Airbus afin de développer et commercialiser des modules de couchettes pour les passagers. Celles-ci seront installées en soute, au niveau du pont cargo des avions commerciaux, dans des modules passagers qui seront facilement interchangeables avec des containers cargo classiques et pourront être modifiés lors du temps de rotation régulier.

Bientôt sur les vols Joon ?

En plus d’offrir des opportunités de nouveaux services aux passagers, ces couchettes permettront aux compagnies aériennes de se différencier et de générer des revenus complémentaires sur leurs vols commerciaux. Selon The Guardian, Joon serait d’ores et déjà intéressé.

« Cette nouvelle approche du voyage aérien constitue une étape majeure dans l’amélioration du confort des passagers. Nous avons déjà reçu des avis très positifs de la part de plusieurs compagnies aériennes ayant testé nos premières maquettes », a déclaré Geoff Pinner, directeur des programmes Cabine & Cargo d’Airbus.

A horizon 2020, les compagnies aériennes pourront choisir leur module dans un catalogue de propositions certifiées pour l’A330, en réaménagement ou en équipement de série. La possibilité d’offrir de tels compartiments de repos à bord de l’A350 XWB est également étudiée.